> Évènements

> A propos de l'auteur

Sonia
Sonia

Bayonnaise et amoureuse de sa ville, Sonia raffole de nouveautés, et de découvertes insolites à Bayonne et au-delà. Curieuse, imaginative et décalée, elle n'a de cesse de rechercher le petit détail que les autres ne voient pas. Sa boussole ? Cette phrase de Vincent Van Gogh : « La normalité est une route pavée : on y marche aisément mais les fleurs n'y poussent pas. »

La petite histoire de l’Hôtel de Ville de Bayonne

La Mairie de Bayonne

Place centrale des Fêtes de Bayonne, point de rendez-vous des rassemblements estivaux mais aussi et surtout symbole de l’autorité bayonnaise, la Mairie de Bayonne est un bâtiment de style néo-classique qui compte ! Mais son toit, son balcon et son sol, jonchés de « codes » peuvent parfois sembler mystérieux pour les gens de passage. Voici quelques éléments qui devraient vous permettre de lever le voile sur le bâtiment, ses statues, son blason et son Roi !

La petite histoire de l’Hôtel de Ville de Bayonne
Marché de Noel Mairie + Pont
La Mairie de Bayonne a une place de choix dans le cœur des bayonnais mais aussi dans la ville ! Au confluent de la Nive et de l’Adour, elle a vue sur les fleuves, utile, surtout à l’époque pour veiller sur les importantes activités maritimes de la capitale culturelle du Pays basque.

Point central de la vie bayonnaise, ce bâtiment construit en 1842 sur les plans de l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Charles Vionnois a été tour à tour – et parfois même à la fois – Théâtre, Archives, Bibliothèque, Museum d’Histoire Culturelle et même Musée de Peinture ! Le point culturel de la ville par excellence !

Mais l’incendie qui ravage la Mairie de Bayonne en 1889 remet tout en cause et seul le Théâtre à l’Italienne de 1834 reste aux côtés de la Mairie jusqu’à aujourd’hui.

A ses pieds, le blason de la ville de Bayonne
Le blason de la ville de Bayonne

Sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Bayonne se trouvent ses armoiries. Inspirées du sceau de 1351 et d’une clé de voûte de la ville, elles représentent la fierté d’un peuple et d’une ville « nunquam polluta » (jamais souillée) comme le dit si bien sa devise. Mais jamais souillée par quoi ? Cela fait peut être référence à la ville elle-même maintes fois prises et reprises par les Espagnols, les Anglais et les Français ? Ou peut-être encore à la fleur de lys présente sur le blason qui symbolise la royauté française ou la Sainte Marie patronne de la cathédrale de Bayonne ? Mystère. On retient surtout le caractère et la fierté qui s’en dégagent.

Quant au blason en lui-même il représente deux lions d’or (symbolisant d’abord les Anglais puis les Français tentant de prendre la ville), tentant de s’emparer d’une tour crénelée d’or (symbolisant les places fortifiées de la ville ou encore la Cathédrale Sainte-Marie), surmonté d’une fleur de Lys. Le cadre naturel du blason se compose de chênes (symbole de puissance et de régénération) et d’un cours d’eau (qui représenterait la Nive et l’Adour).

Le fond rouge du blason est un signal fort de vie et de désir de servir sa patrie. Enfin, la couronne ferait référence au quartier Saint Esprit racheté et rattaché à la ville.

Juchées sur le toit, les 6 statues allégoriques de la ville
Les statues de la Mairie de Bayonne

Les 6 statues haut perchées sur le toit de l’Hôtel de Ville veillent sur la ville de Bayonne depuis 1842… enfin leur première version ! En pierre factice, elles ne résistent pas longtemps aux attaques du vent et de la pluie.

C’est en 1891 lors de la restauration de la Mairie de Bayonne après le terrible incendie qui le ravage, qu’apparaissent les statues en fonte que nous connaissons aujourd’hui. Ce sont des statues allégoriques qui représentent les activités économiques et artistiques essentielles de la ville à l’époque : La navigation, l’astronomie, l’industrie, l’art, le commerce et l’agriculture sont tous les 6 représentés.

Elles sont l’œuvre du maître de forges Denonvilliers dont le travail fut remarqué lors de l’exposition universelle de l’époque. Il s’entoure d’artistes confirmés pour l’épauler : Léon Ougnot (pour l’agriculture et la navigation), Gustave Deloye (pour l’art et le commerce), et Badelli (pour l’industrie et l’astronomie). Cela fait plus de 124 ans qu’elles veillent sur les bayonnais et revêtent le fameux foulard rouge des Fêtes de Bayonne !

Sur son balcon, le Roi Léon veille
Le Roi Léon et sa cour

5 jours dans l’année, entre la fin du mois de juillet et le début du mois d’août, notre bon roi Léon daigne se montrer et sortir sur son balcon pour célébrer les fêtes de la ville. Mais qui peut-donc bien être ce Léon ? A-t-il réellement existé ? La réponse est oui ! Il s’agit d’une représentation de Léon Dacharry, figure bayonnaise des années 50, chanteur lyrique et commis-vendeur dans un magasin d’imperméable qui fut désigné en 1949 Roi de Bayonne.

Devenu la mascotte des Fêtes de Bayonne, le Roi de Bayonne et des couillons (comme le dit si bien la chanson) s’installe confortablement au balcon de la Mairie de Bayonne à 22h lors de l’ouverture des fêtes et règne sur la ville jusqu’au dimanche soir de clôture.

Pas lève-tôt pour un sou, il attend que sa cour, composée de courtisans géants représentant des figures emblématiques de la Cité : le fou du roi pour le côté festif, le maréchal pour le respect des règles, le chocolatier en référence à l’une des spécialités de la ville, la gouvernante et le médecin (garants de sa bonne santé) et sa favorite (parce que tous les rois en ont une) viennent le tirer du lit (ainsi que la foule) en criant son nom le matin des fêtes entre 10h et 12h !

La Mairie de Bayonne vous paraît-elle moins mystérieuse ? Si vous avez d’autres anecdotes à partager n’hésitez pas à les laisser en commentaire de cet article ou à les poster sur la page Facebook de Bayonne Bouge !

Crédits photo : photo 1 : Flickr/Lena Becker, photo 2 : ville de Bayonne.fr, photo 3 : balade en Euskadi overblog.com, photo 4 : Fêtes de Bayonne.fr

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi : BAB Tour un minibus pour un concentré d’histoire.

Tags: , , , ,